Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carte

Texte Libre

Bonjour à vous, amis bloggeurs. Voici une porte ouverte sur Haïti, pays dans lequel nous avons vécu et travaillé pendant près de deux ans. Nous habitions à Pérodin, petit village au coeur de la chaîne des montagnes noires, appelée aussi chaîne des Cahos, dans le département de l'Artibonite.

En octobre 2005, nous atterrissions à Port-au-Prince. Nous avions été embauchés par l'association Inter Aide en tant que responsables d'un programme de scolarisation primaire dans une zone "rurale et isolée", selon les termes de l'annonce...

Un an plus tard, revenus dans les mornes haïtiennes et heureux propriétaire d'un appareil photo numérique, nous avions désormais la possibilité de vous faire découvrir en images notre cadre de vie.

C'est ainsi qu'est né le blog.

De nouveau sur le territoire français depuis le mois d'août 2007, nos chemins se sont séparés. Si bien que davantage qu'un blog, cet espace est désormais plus un aperçu d'une tranche de vie.
En espérant que sa visite vous plaise...
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 20:06

Mardi 17 octobre, dans la soirée, une agression a eu lieu à Chenot. Personne n’a été blessé. Les faits : des gens armés ont débarqué chez Ciliane, femme suisse qui travaille sur un projet santé et est installée dans la zone depuis plus de dix ans. Ils l’ont contrainte à sortir de chez elle et à se rendre au dispensaire pour prendre l’argent qui s'y trouvait. De nombreux coups de feu ont été tirés. Maréus, assistant du programme dont nous avons la charge pour la zone de Chenot, explique qu’il y avait des gens autour de chez lui et autour de la maison du père, bloquant les sorties, pour, selon lui, les empêcher de porter secours à Ciliane. Cela a duré de 22h à 1h ou 2h du matin. Maréus m’a appelée le lendemain, il dit qu’ils sont tous sous le choc, je veux bien le croire…

 

David lui a rendu visite jeudi. D’abord car il devait assister à la préparation du budget réel pour une école qui pose problème. Et puis, nous pensions que c’était une bonne idée d’apporter notre soutien à Maréus. David a appris que des coups de feu avaient de nouveau été tirés dans la journée de mercredi. Il semblerait donc que les auteurs de l’agression aient des complices dans la zone, à moins qu’ils n’en soient eux-même originaires.

 

Ce n’est pas la première fois que ce genre d’événements se produit dans les Cahos au cours des dernières années. C’est la deuxième fois que Ciliane en est victime. En outre, il y a un an, la veille de notre arrivée en Haïti, la banque de Pérodin s’est faite braquée. Venait d’y être collecté tout l’argent des écolages (prix des inscriptions des élèves) payés par les parents à la rentrée scolaire. Une très forte somme d’argent a été dérobée (environ 500 000 gourdes, soit 10 000 euros). Deux ans auparavant, en octobre 2003, un couple d’expatriés d’Inter Aide, responsable du programme scolaire pour la zone de Chenot, s’était fait braqué chez lui. Ils gardaient dans leur maison tout l’argent des écolages pour les écoles de la zone. L’agression fut très violente. Depuis, la consigne est de ne plus garder « anpil kob » (beaucoup d’argent) chez soi. Sur le programme scolaire, nous l’appliquons !

 

Le fait qu’il n’y ait plus de banque à Pérodin ne facilite pas la vie des gens ici ! Ainsi, chaque mois, membres des comités de gestion des écoles et maîtres doivent s’organiser pour aller chercher à Petite Rivière –à 8 heures de marche de Pérodin, autant de Chenot- l’argent des salaires des enseignants.

 

Il n’y aura sans doute aucune suite à l’agression de Chenot… La justice et la police sont quasi-inexistantes dans les Cahos ; on ne saurait même pas trop vers qui se tourner pour porter plainte… Certains disent qu’une des solutions serait que quelques-uns se rebellent et fassent justice eux-mêmes…

Insolite ou quotidien ? Les coups de feu, dans les Cahos, c’est assez rare finalement.

Mais, la violence y prend également d’autres formes, celui des coups de machettes par exemple. Vendredi matin, 20 octobre, nous avons appris qu’une femme avait été blessée, du côté d’Ingrand, localité voisine de Pérodin. Il s’est avéré qu’un homme avait donné plusieurs coups de machette, dont un sur la nuque, à sa sœur, enceinte. Comme souvent dans ces cas là, très vite tout le monde est au courant et on connaît les détails, plus ou moins romancés de l’affaire. Un homme était très en colère et menaçait de s’en prendre violemment à son père. Son frère, sa mère et sa sœur se sont interposées. Tous ont reçu des coups de machettes. C’est la femme enceinte qui a été le plus atteinte. En fin de matinée vendredi, des gens l’ont descendue sur un brancard jusqu’à l’hôpital de Petite Rivière. Ici, on nous a dit être peu optimistes quant à ses chances d’en réchapper… Le (l’unique ou presque) représentant de la police pour la région de Pérodin a arrêté l’auteur des actes et l’a battu pour non seulement le punir mais aussi « faire sortir le diable de son corps ». Et oui, il y a forcément un « bagay mistik » dans cette histoire ! Notre entourage est formel : il ne pourrait en être autrement car un être normalement constitué ne peut pas s’en prendre ainsi à des individus, qui plus est des membres de sa famille, des gens qui vivent sous son toit. Il est donc victime de quelqu’un qui lui veux du mal et qui, grâce à un « bagay mistik » l’a rendu fou… Le policier a ensuite envoyé le coupable à Petite Rivière, en prison sans doute.

 

Fin de l’histoire, pour le moment… Pour nous, cela restera insolite finalement…

Partager cet article

Repost 0

commentaires